AZAABAN et African Ancestry ont donné l’opportunité à sept Afro-américains de renouer avec leur terre ancestrale, le Burkina Faso.

By :  Bazona Barnabé  Bado et Moustapha Diaoune

Une cérémonie de bienvenue a eu lieu le 5 août 2018 à  New York pour rendre hommage à sept Afro-Américains qui, après un test d’ADN, ont trouvé leurs racines au Burkina Faso.

La cérémonie a été initiée par une ONG, AZAABAN, qui permet aux afro-américains les meilleures approches pour connaître le contexte historique de leurs ancêtres (leurs origines, leur groupe ethnique, leur culture).

Dr Gina Paige, co-fondatrice et présidente de African Ancestry

Les sept Afro-Américains accueillis par leurs groupes ethniques respectifs vivant à New York étaient Lyela, Kasenna, Samogo et Bissa.

 “Nous devons les accueillir et les accepter de tout cœur”, a déclaré Tene Ouedraogo / Ouele, la fondatrice  d’AZAABAN, qui signifie “bienvenue” en langue Kasenna. 

Tene Ouedraogo / Ouele, la fondatrice d’AZAABAN

 Sans African Ancestry, une société qui “s’engage à fournir un service unique à la communauté noire en travaillant chaque jour pour améliorer le bien-être culturel, émotionnel, physique, spirituel et économique des personnes de la diaspora africaine”, les sept Afro-Américains fiers d’être appelés Burkinabé, ne connaîtront pas leur origine. En d’autres termes, African Ancestry les a aidés à retracer  leur ADN et à trouver leurs racines.

Les autorites Burkinabe

 “Si vous ne savez pas d’où vous venez, vous ne savez pas non plus où aller”, a déclaré le Dr Gina Paige, co-fondatrice et présidente de African Ancestry, qui a aidé plus de 500 000 personnes à renouer avec les racines de leur arbre généalogique depuis plus de 15 ans.

L’eau de bienvenue (Lyela )

Parlant des Afro-Américains en général, Paige, un Afro-Américain, a déclaré qu’ils avaient perdu leurs noms et leurs traditions … “Je ne veux pas que notre communauté apprenne leur origine avec Google, je veux qu’ils apprennent de vous”.

 Les sept ont également été accueillis par M. Apollinaire Ouédraogo, le consul général adjoint du Burkina qui a promu les accompagner et leur fournir toutes les informations dont ils ont besoin sur le Burkina Faso.

L’eau de bienvenue ( Bissa)

Alors que le Burkina Faso fêtait ses 58 ans d’indépendance, Elise Thiombiano / Ilboudo, historienne de son état, a saisi l’opportunité pour enseigner un tout petit peu l’histoire du Burkina Faso aux « nouveaux venus » et de rafraîchir la mémoire de ceux qui ont déjà  oublié.

 

3 Replies to “AZAABAN et African Ancestry ont donné l’opportunité à sept Afro-américains de renouer avec leur terre ancestrale, le Burkina Faso.”

    1. Belle initiative! Belle couverture du journal africain et soutenons ce journal qui est notre journal à tous.

  1. Belle couverture de la part de africain journal de cet événement! Soutenons ce journal qui fait du bon travail qui notre journal à toutes et à tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *