Ces huiles corporelles : quand les noms comptent

By : Barnabé Bazona Bado

A l’exemple de certains pagnes en Afrique, les différentes huiles parfumées pour le corps vendues sur les abords des routes au cœur de Harlem rivalisent de noms. Il faut les nommer pour mieux vendre. C’est une idée ancrée dans l’esprit des vendeurs d’huiles parfumées.

Que ce soit dans une boutique ou sur la rue, un regard sur une rangée de bouteilles d’huiles parfumées prouve que le nom compte quand on veut faire du business. Des personnes célèbres telles que Obama, Paris Hilton, Michael Jordan, Kim Kardhasian, en passant par des noms obscènes tels que « lèche moi partout », ou « embrasse-moi partout », le choix est une question de label ou de gout.

Le New York Times Magazine écrivait : “ le mot chaud en domaine de vente … est la marque ».

Huiles de corps, parfums, ou huiles parfumées – pas de confusion possible, c’est toujours les mêmes huiles, sont en général utilisées pour leur odeur. Cependant, au-delà des parfums, la plupart des gens se focalisent sur la marque ou le nom.

Les Noirs ont créé l’huile « Obama, ils s’en fichent des odeurs, ils aiment Obama », a dit un multitâche représentant de Madina Inc., qui est une unité de parfums naturels et des herbes cosmétiques basée à Brooklyn, pendant qu’il comptait de l’argent, parlait aux clients, et répondait au téléphone. « C’est un sentiment personnel », a – t – il ajouté.

Portant un jean blue, un T shirt noir, et assis sur un seau en plastique, Daouda Koné est un vendeur à Harlem Fragrance Inc. Selon lui, les noms sont importants pour le business. « On donne des noms qui attirent la clientèle », dit – il. « Personne ne nomme son fils Pauvreté ».

 

Devant la boutique de Nicholas Variety fragrances, à la 125th Street à Harlem, une odeur d’huile brulée permet aux gens de se sentir à merveille. Cindy Ferreira, la vendeuse, dresse la liste des marques que la clientèle adore. « Lèche moi partout vient en tête de liste. « Les gens aiment ça à cause de son odeur », a – t – elle dit. Pendant qu’elle parlait, un homme entre dans la boutique, et achète « lèche moi partout ».

Un client éclata de rires. « Il aura une nuit merveilleuse », dit – il. Qu’elle que soit la marque achetée, les clients viennent de partout. Hermina Belin 50, qui vient de Peekskill a New York dit qu’elle n’a jamais utilisé de parfum industrialisé. Elle vient d’acheter « oriental noir » qui est un parfum de corps « parce qu’il est bon et reste longtemps sur le corps », dit – elle.

John Myrers, 34, de Connecticut a acheté “Michael Kors” pour lui-même et “Musc d’Afrique pour sa mère. Il dit qu’il utilise cette huile depuis qu’il était jeune et parce que ça « reste sur mon corps toute la journée. »

D’où sortent ces marques ? « Les marques que nous utilisons ne sont pas originales, elles sont des photocopies », dit le représentant de Madina Inc. Il n’y a pas un accord établi or un partenariat entre les vendeurs et les concepteurs. « Nous vendons sous condition d’avertissement, » a – t – il dit. « Sans avertir, nous ne pouvons pas utiliser les noms. »

Des noms tels que Kim Kardashian, Michael Jordan, et bien d’autres, sont ceux qui sont utilisés sous condition d’avertissement. Voici un extrait d’avertissement : « Les marques de commerce et les droits d’auteurs sont des propriétés de leurs fabricants et / ou concepteurs respectifs. Nous ne disons pas que nos produits sont originaux ou qu’ils sont des copies exactes. Toutes références à   des marques ne sont strictement que des comparaisons. »

Le prix minimum d’un parfum original de Kim Kardasian équivaut à 17 dollars alors qu’une huile parfumée portant la marque « Kim Kardhasian » est de 4 dollars. La copie coute en effet moins chère mais dure longtemps. « Le parfum que ça libère n’est pas le même mais presque, » dit le représentant de Madina Inc.

Les marques telles que “Musc d’Afrique,” ou “Musc d’Egypte” sont importées d ‘Afrique. Mais qui est responsable des noms obscènes ? Nautica par exemple est une marque parapluie. Des noms tels que « sexuel », « crane ou roses » et « Baiser » sont affichés sur leur site web. Nous avons cherché à comprendre mais un représentant qui a promis de nous rappeler, ne l’a pas fait.

Il y a un siècle passé, les États-Unis d’Amérique se sont ravitaillés certaines huiles corporelles dans des pays comme la Chine, l’Inde, la Sicilie, la Tunisie et l’Algerie. Bangladesh est aujourd’hui l’un des plus grand pays pourvoyeurs d’huiles de corps.

Les huiles arrivent dans des grands contenaires et conditionnées dans des bouteilles et l’emballage est du ressort de la créativité des vendeurs. « Nous écrivons les noms nous-mêmes », a dit le représentant de Madina Inc.

Les huiles corporelles sont obtenues à partir des plantes, des feuilles, des fruits ou graines, et certaines sont connues pour leurs vertus médicales.

Bien que les utilisateurs des huiles parfumées fassent des choix sur la base des marques ou noms, « certains les utilisent pour des raisons spirituelles, » a dit Timolin Bracey qui travaille dans une boutique botanique à Queens. « Elles (huiles) ont un impact spirituel sur leur vie, et c’est un profond secret, » a – t – il dit.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *