Comment un «faux» roi Togolais a arnaqué plus d’un  aux États-Unis et en Israël pendant des décennies ?

Cet article a été traduit d’un texte en anglais.

Il prétendait être le roi du Togo alors qu’il n’y a rien de tel en Afrique de l’Ouest aujourd’hui. Il prétendait planifier une réunion de centaines de rois d’Afrique en Israël alors qu’il n’y a même pas beaucoup de rois sur le continent. Il affirmait avoir parlé à Dieu quand il était évident qu’il avait simplement besoin d’un autre mensonge pour s’appuyer sur plusieurs autres qu’il avait racontées depuis si longtemps.

François Ayi n’avait peut-être pas une armée ni autant de richesses et de pouvoir, mais il a certainement joué un grand jeu d’esprit sur certaines des figures rabbiniques les plus respectées d’Israël lorsqu’il est arrivé de nulle part, chevauchant une étiquette si vénérée.

Il prétendait qu’il était le Messie et qu’il avait organisé son propre couronnement aux États-Unis en 1994 en nommant l’ambassade du Togo comme co-sponsor, alors que le premier n’avait aucune idée de cela.

Voici en résumé, un grand montage de mensonges et de mode de vie frauduleux du roi autoproclamé de la République du Togo, un homme qui a un moment donné s’est fait appeler le roi des rois d’Afrique.

Son voyage depuis le Togo en Afrique de l’Ouest jusqu’en Israël était l’un des nombreux stratagèmes à l’esprit: revendiquer quelque chose qui n’existait même pas sous prétexte de vouloir se convertir en Juif.

Avant sa célébrité en Israël, Ayi a commencé comme immigré ordinaire et s’est installé aux États-Unis en 1989. En 1992, il a rendu public son statut de prince aux églises et aux entreprises locales. Il a ensuite organisé le couronnement dans un hôtel à Washington en 1994.

Sa Majesté le Roi Ayi de la République du Togo, comme on l’appelait, était déjà qualifié de fraudeur depuis les années 1990 par le révérend Gordon White, Pasteur en Pennsylvanie qui le connaissait au Togo avant son émigration. Le Département d’État américain ne reconnaît pas non plus Ayi comme représentant officiel du Togo.

En dépit des questions entourant sa revendication, Ayi a créé des fondations à but non lucratif. La Fondation Royal Ayi et la Royal Green Cross. Il se vantait d’avoir ouvert des écoles et des orphelinats et d’avoir distribué des vivres et des fournitures médicales au Togo.

Il a été invité à plusieurs rassemblements aux Etats-Unis et présenté comme un roi africain. Il a également organisé des collectes de fonds pour sa fondation.

François Ayi s’est impliqué dans la communauté juive en 2014 et a décidé de se lancer dans un pèlerinage en Israël. «Après avoir cherché, je sais maintenant que certains enseignements sont bons et que l’autre religion nous induit en erreur. Maintenant, je fais mon choix, rester avec la Torah qui nous a été donnée », a déclaré Ayi en Israël, où il a reçu une large couverture médiatique par les principaux médias en tant que roi africain aux racines juives.

Le rabbin Daniel Assur (chargé de superviser la conversion de ce «roi» d’Afrique en judaïsme) fut le premier rabbin Ayi à approcher. Pour les rabbins d’Israël, c’était une bonne et heureuse nouvelle puisque la nation avait récemment tenté de retracer ses racines juives en Afrique.

 Pour que sa conversion soit plus officielle, le rabbin Assur, en consultation avec d’autres rabbins respectés, a reçu le feu vert pour accélérer les démarches visant à convertir cet homme en un roi africain aux racines juives.

Après cela, des ministres du gouvernement israélien lui ont également accordé une audience ainsi que des personnalités rabbiniques influentes dont le rabbin Chaim Kanievsky, un rabbin israélien et posek, considéré comme une des plus autorités dans la société juive Haredi.

 Comme étant roi n’était pas suffisant , François Ayi a également amené les rabbins à croire en son habileté et en son intention de rassembler des centaines de rois africains en Israël pour une conférence lors d’une prochaine fête de Soukkot (Festival des Booths)  afin de prouver sa connexion spirituelle avec le Dieu d’Israël. ”

Mais rabbin Assur va découvrir qu’aucune des affirmations de ce «roi» n’était vraie. En 2016, il l’a qualifié de fraudeur et d’adorateur d’idoles qui voulait introduire l’idolâtrie dans le judaïsme. Lorsqu’il a été confronté, Ayi a déclaré: «Il a dit toutes ces choses parce que Dieu lui avait dit de les dire. »

 Rabbi Assur, déçu et choqué, lui a ensuite demandé quand et comment il avait parlé à Dieu. «Il a commencé à parler comme s’il était un prophète», a déclaré Rabbi Assur.

«Il était avec moi pendant deux mois. J’étais prêt à l’aider, tant qu’il faisait et appliquait tout ce que je lui disais de faire, et tant qu’il suivait la Torah et les mitsvoth (commandements) », a déclaré le rabbin Assur à Kikar Shabbat, un journal édité en hébreu.

  «Petit à petit, j’ai commencé à remarquer qu’il n’adhérait pas à ces choses. J’ai vu qu’il utilisait son téléphone portable pour faire des annonces le jour du sabbat. Mais pire que cela, j’ai vu dans les médias qu’il participait à des cérémonies qui n’étaient rien d’autres que le culte des idoles. Il est impossible d’inclure des dieux étrangers dans le judaïsme. C’est l’un ou l’autre, mais pas les deux.

Mais ce n’était que la partie visible des choses les plus scandaleuses qu’il pouvait faire.

Quand Ayi a rencontré le ministre israélien des Affaires religieuses, David Azulai, lors d’une visite inhabituelle d’un membre de la royauté, il a fait une demande encore plus inhabituelle. Il a donc demandé à l’État d’Israël de reconnaître officiellement le peuple togolais comme l’une des tribus perdues d’Israël. Il a également affirmé que sa mission était non seulement nationaliste mais également messianique.

  “C’est impossible de continuer à travailler avec cet homme s’il continue de dire qu’il est le Messie”, a déclaré Rabbi Asur. “Son intention était de se faire couronner à Jérusalem.”

 Le rabbin Assur a révélé plus tard que «j’ai parlé au fils du roi actuel au Ghana. Le fils s’est converti et vit à Holon. C’est un homme pieux et instruit et qui apprend la langue juive. Le roi du Ghana n’a jamais entendu parler de François Ayi. Qui prétendait être le roi des rois africains. Il n’est pas possible qu’il le soit.  Le roi du Ghana n’a jamais entendu parler de lui. En outre, un professeur au Togo a écrit un article sur les dix-sept rois du Togo. François Ayi ne figure pas sur cette liste.

Rich Appleton du bureau du Département d’État des États-Unis au Togo l’a décrit un jour comme suit: «Ce type est très, très doué pour raconter des histoires. Raconter ces genres de choses semble pour lui le moins exagéré. Je peux vous dire ceci: il n’y a pas de royaume et il n’y a pas de roi.

Malgré sa déception, le rabbin Assur a déclaré qu’il s’agissait d’un acte d’un individu. «Il a menti à certains des plus grands rabbins d’Israël», a déclaré Rabbi Assur. «Il y a des tribus d’Israël en Afrique. Nous allons continuer avec cela. Il a mis en danger quelque chose de très important. S’il continuait, il aurait verrouillé la porte à ceux qui avaient de bonnes intentions. ”

«Aujourd’hui, nos chemins se sont séparés», a-t-il déclaré à la presse israélienne. «Au moment où il est venu me voir, il a prétendu qu’il était chrétien mais qu’il appartenait aux tribus perdues. Je l’ai amené à la gedolei Yisroel et leur ai demandé s’ils voudraient bien le convertir ou non. Ils m’ont donné leur bénédiction pour le convertir… Mais au bout d’un moment, j’ai remarqué qu’il envoyait des SMS au Chabbath et j’ai vu qu’il était impliqué dans certains rituels chrétiens ou magiques. Cela ne va pas avec le judaïsme. ”

À la tête d’Israël Rising, un site Web qui travaille à la connexion entre Israël et l’Afrique, David Mark a été profondément consterné par la fraude organisée par François Ayi. Il avait passé de nombreuses heures avec François afin de l’aider dans sa mission de nouveau convertie et de reconnecter les tribus perdues qui se trouvent en Afrique. Mark était aussi consterné par les demandes constantes d’argent d’Ayi à ceux qu’il rencontrait, et plus encore à ceux qui croyaient aux prétentions messianiques d’Ayi.

 «J’espère que de plus en plus, des dirigeants se formeront à mesure que nous poursuivrons notre processus de rédemption, qui est un processus mondial», a déclaré Mark. «Nous devons filtrer ceux qui cherchent à nous faire du mal à nous-mêmes et à nos amis et nous connecter avec ceux qui partagent nos idées pour voir un monde rectifié.»

  Le promoteur en chef d’Ayi, le militant anti-missionnaire, Daniel Asor, a finalement admis que l’homme qui prétendait être le roi des tribus juives perdues au Togo en Afrique, et qui avait laissé entendre qu’il voulait les ramener à leur foi ancestrale n’avait même pas de vêtements .

Bazona Barnabe Bado

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *