Coronavirus à New York : La ville qui ne dort pas sommeille

 L’impact de coronavirus à New York est indiscutable et indéniable après la décision du gouvernement Trump d’interdire le regroupement de plus d’une dizaine de personnes, de fermer les restaurants,  les boîtes de nuit, les bars et outre l’ajout du gouverneur de New York Andrew Cuomo de fermer aussi les écoles.

New York la ville qui ne dort pas sommeille en plein midi. Les rues sont désertes. Times Square le cœur de New York reconnu comme le centre du monde où chaque jour à n’importe quelle heure,  fourmillait de monde cosmopolite, est silencieux. Des pigeons s’amusent là où des hommes et femmes masqués, des jeunes filles et hommes à demi – nus avaient l’habitude de parader au grand bonheur des touristes venus du monde entier.

Les métros même à des heures de pointe roulent vide.  Metropolitan Transportation Autority (M. T. A ) l’agence qui régule les métros et bus demande une aide financière de 4 milliards de dollars soit à des milliards et des milliards de franc CFA pour lui éviter une faillite due à un déficit des usagers.

En ville on rencontre toute sorte de prise de précaution. Certaines personnes se servent de leur foulard comme masque à nez, d’autres sont plus inventives en bourrant leur nez de feuilles de cahier d’écolier. On rencontre aussi plusieurs sortes de gants. On en trouve de toutes couleurs et de toutes formes : en caoutchouc et en plastique.

Dans le métro tout le monde est suspect. Malheur à vous si vous toussez deux fois de suite. Tous les regards seront braqués sur vous et vous risquez même de se faire expulser du métro et cela a déjà eu lieu .

Certains restaurants africains sont ouverts avec l’interdiction de manger à l’intérieur. Dans ces restaurants les chaises sur lesquelles on s’asseyait pour manger sont entassées les unes sur les autres. Vous commandez votre nourriture que vous emportez.

 Dans certains super marchés , on vous exige à utiliser le gel hydroalcoolique fixé à l’entrée.

Les taxis garages sont remplis de taxis comme des sardines dans une boîte. Preuve que les conducteurs de taxi ont aussi cessé  de travailler à l’image des autres travailleurs.

Les recommandations des autorités sont prises au sérieux par la majorité de la population alors que 1500 personnes sont infectées à ce jour avec 12 décès à New York

Bazona Barnabé Bado

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *