Délégués au (CSBE) : Le comité d’organisation mis en place à New York

By : Barnabé Bazona Bado

Le comité d’organisation des élections (COE) des délégués au Conseil Supérieur des Burkinabè de l’Etranger (CSBE) a été mis en place le samedi 19 mai dans les locaux de la Mission diplomatique à New York. Georges Kaboré est le président du COE accompagné de Tommy Zongo président de l’Association des Burkinabè de New York.
Selon un arrêté du Secrétariat Permanent du Conseil Supérieur des Burkinabè de l’Etranger, « le président du COE est le Chef de Mission diplomatique et/ ou consulaire ou son représentant. »
Les délégués au CSBE sont au nombre de 124 repartis dans le monde et selon les zones géographiques.
New York se trouve dans la zone Est et parmi 9 autres Etats. De ces 10 Etats, sortira un seul délégué. Il y aura au total 5 délégués pour les Etats – Unis – d’Amérique. C’est dire que la bataille sera des plus compétitives.
L’article 22 de l’arrêté stipule que « le mandat du délégué CSBE est volontaire et s’exerce à titre gratuit. La durée du mandat est de trois ans renouvelables une fois. » Et le dossier de candidature est composé des pièces suivantes :
– Une demande indiquant la circonscription concernée et comportant l’engagement susvisé à l’article 13 ;
– Une copie légalisée de la carte d’identité consulaire ;
– Une copie légalisée du certificat de nationalité burkinabè ;
– Un extrait d’acte de naissance ou de jugement supplétif en tenant lieu ;
– Un curriculum vitae ;
– Deux photos d’identité ;

Le poste de délégué au Conseil Supérieur des Burkinabè de l’Etranger (CSBE) est – il politique ou administratif ?

Des voix s’accordent à dire que le poste de délégué au (CSBE) est administratif pour signifier qu’être délégué CSBE est apolitique. Et pourtant il est politique. Son caractère administratif ne le dédouane pas de sa réalité politique. Le CSBE dès sa création en 2007 avait entre autres objectifs de :
Rassembler tous les Burkinabè de l’étranger sans distinction aucune ;
Assurer la pleine participation des Burkinabè de l’étranger au développement économique, social et culturel du Burkina Faso ;
Faciliter leur insertion dans la vie nationale ;
Participer à la promotion du rayonnement du Burkina Faso dans le monde.
Ces objectifs sont sans nul doute louables. Mais l’arbre ne doit pas cacher la forêt. Qui parle de rassemblement parle de mobilisation. Et la mobilisation peut étendre ses tentacules partout. Et surtout en période électorale.
Le délégué CSBE qui est élu ou qui sera élu par exemple peut appartenir à un parti politique. Et même s’il n’appartient pas à un parti politique, il sera obligé sous certaines pressions ou conditions de choisir un camp. Généralement le choix est vite fait : on dépose aisément ses valises dans le parti qui est au pouvoir. Car il est question de bétail électoral et le parti au pouvoir mettra les moyens pour que le délégué qui sortira des urnes ne soit pas de l’opposition. Sinon on est mort. Non on « est mourut » pour emprunter les termes d’un de mes concitoyens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *