Dr. Marie Claudine Mukamabano a été honorée pour son engagement exceptionnel.

By : Bazona Barnabé Bado

Elle était une fillette lorsqu ‘en 1990, au Rwanda, son pays natal, s’est déclenchée une guerre civile qui a provoqué la mort de milliers de personnes.  Elle est donc  une survivante du génocide Rwandais  de  1994 lorsqu’elle se voyait  sauter  par-dessus des centaines de cadavres pour sauver sa vie.  Aujourd’hui, elle est sortie des ténèbres d’une horrible guerre pour se faire une place au soleil.

Le sénateur de l’État, Jesse Hamilton, et le président de Brooklyn Borough, Éric Adams, ont rendu hommage au Dr. Marie Claudine Mukamabano pour son « engagement exceptionnel à promouvoir l’excellence et à fournir des services et un soutien exceptionnels aux résidents et aux personnes qui sont dans le besoin ».

La cérémonie a eu lieu le 5 octobre 2018 à la bibliothèque de Brooklyn, devant des amis proches venus la soutenir et la féliciter pour son accomplissement.

Son histoire a commencé en 1990 au Rwanda, où une guerre civile entre un groupe minoritaire (Tutsi) et le groupe majoritaire (Hutu) s’est déclenchée et environ 800 000 Tutsis et Hutus modérés ont été massacrés.

Mme Mukamabano, qui appartient au groupe ethnique tutsi, était une petite fille… Sa mère était parmi les morts de la guerre.

Les autres conséquences de cette guerre ont été qu’en l’espace de 100 jours, 100 000 enfants étaient orphelins, enlevés ou abandonnés. Mme Mukamabano est l’une d’eux.

« Quand je me voyais sauter par-dessus les corps des gens sans savoir où je partais, je ne savais pas comment j’allais pouvoir survivre, je pensais que je devrais mourir comme tout le monde », a-t-elle déclaré.

En tant que survivante d’un génocide, elle a décidé de faire un vœu à Dieu d’aider les orphelins du Rwanda si Dieu protège sa vie. Et Dieu en qui elle croit, répond à ses prières. En 2005, elle a créé une organisation caritative pour aider les orphelins vivant au Rwanda. Le nom de cette organisation est “Kuki Ndiho” et en anglais “Why do I Exist ?” En français, « Pourquoi Je Vis ? »

Avec un large sourire, elle a reçu son certificat des mains de Claudius Phillips, PDG de Lancaster Youth Forum PA, et dans lequel il est écrit : « Attendu que, au nom de tous les Brooklyniens, je salue Dr. Marie Claudine Mukamabano, fondatrice et directrice générale d’une organisation rwandaise à but non lucratif basée à New York. Je l’applaudis d’avoir reçu la confirmation de docteur en lettres ; et je la remercie pour tout ce travail humanitaire en Afrique ; Je la félicite d’avoir eu un impact positif sur la vie des autres ; et je la remercie pour tout ce qu’elle a fait pour toucher et améliorer la vie de nombreuses personnes, contribuant ainsi à faire avancer ou à faire progresser la communauté à Brooklyn. »

C’était vraiment un grand jour pour Mme Mukamabano, orpheline qui vivait autrefois dans un camp de réfugiés en Afrique. Elle a refusé d’abandonner son projet alors qu’elle se battait difficilement de collecter de l’argent pour sauver les orphelins du Rwanda.

« Parce que la vie n’est pas facile en Amérique, mes plus proches amis rwandais ici en Amérique me disaient que je devrais confier mon organisation d’orphelins du Rwanda au gouvernement rwandais », se rappelle – t -elle. « Je leur ai dit que je devais remplir et honorer la promesse que j’avais faite à Dieu lors du génocide au Rwanda. »

“Elle avance, ce n’est que le début”, a dit Madeline Akibo – Betts, une amie de Mme Mukamabano.

Pour Stéphanie Hien, une autre amie de Mme Mukamabano, promotrice de l’organisation, « Farafina Mousso » en Français, « La Femme Africaine », Marie Claudine est un modèle à suivre.

“Elle fait un travail formidable”, a déclaré Phillips.

 Mme Mukamabano est également Miss Global Peace et une nominée de CNN. Elle a dit qu’elle a pardonné. Avant de recevoir son certificat d’honneur, elle a pris environ 10 minutes pour parler de pardon et de vision. Pour elle, notre vision ne peut se réaliser si nous ne pardonnons pas. “Vous devez passer par des tribulations pour réaliser votre rêve, car les gens vont essayer de vous saboter,” dit – elle.  “Si vous pardonnez, vous montez.”

 

 

 

 

  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *