« Farafina Mousso » au nom de la femme Africaine de la diaspora

Stéphanie A. Hien n’est peut-être plus à présenter au monde associatif et de la culture. Installée depuis un certain temps aux USA, plus précisément à New York, Stéphanie est l’une des femmes africaines qui se bat au Pays de l’Oncle Sam non seulement pour la cause de l’autre moitié du ciel mais aussi en faveur des démunis. Avec son organisation Farafina Mousso, Stéphanie veut récompenser les efforts combien nobles de la femme Africaine vivant hors du continent. Lisez plutôt.

En quelques mots dites à nos lecteurs qui est Stéphanie Hien

De la gestion commerciale des entreprises en passant par le leaders club international et l’association des managers professionnels de la musique, Stéphanie A. HIEN est une jeune entrepreneure culturelle passionnée de musique et de graphic design. Stéphanie A. Hien est aussi la présidente directrice générale de « Richissime Prod » et la coordonnatrice générale de FARAFINA MOUSSO. Déjà en 2007 grâce à un club service, elle a acquis très jeune certaines valeurs tels que le leadership, le don de soi pour les démunis, l’esprit de la cohésion sociale, et celui du partage. Ces valeurs font d’elle une femme au grand cœur aujourd’hui.

Vous voulez entrer dans la nouvelle année 2019 avec des grandes ambitions avec notamment l’organisation d’un grand évènement aux Etats – Unis d’Amérique visant à promouvoir la femme Africaine. Pourquoi une telle initiative ?

FARAFINA MOUSSO est un évènement qui rend un vibrant hommage aux vaillantes femmes africaines en générale et en particulier à ces braves, dynamiques, et entreprenantes femmes de la diaspora africaine.

Maintenant pour répondre à votre question pourquoi cet évènement, je dirai dans un premier temps que c’est une plateforme qui permet de découvrir des femmes africaines de la diaspora, qui se distinguent par leurs œuvres ou par leurs actions.

Aux USA, il existe des femmes, des vrais mentors et parmi lesquelles des Africaines. Mais qui sait combien d’ entre elles qui sont  africaines et qui sont proches de nos communautés ? Ces femmes qui connaissent vraiment les réalités de l’aventure ?  Honorer ces femmes africaines c’est mettre à la lumière des futurs mentors. C’est aussi montrer à ces femmes que nous suivons de près ce qu’elles font hors des frontières et qu’elles sont dignes d’intérêt.

Je ne dis pas qu’avoir un mentor en aventure, c’est la clef du succès de vos projets, pas du tout. Mais ça vous motive et vous recevez de meilleurs conseils car vous apprenez de leurs expériences. Ce qui vous évitera certaines erreurs de débutants.

Et deuxièmement, nous organisons cet évènement pour : 

  • Encourager et motiver les étoiles de Farafina Mousso ;
  • Inspirer et guider les jeunes filles et femmes en les permettant d’avoir pour mentors des femmes africaines qui partagent les mêmes valeurs culturelles et les mêmes réalités de l’aventure ;
  • Lever des fonds pour soutenir l’entreprenariat féminin africain ou un projet d’ordre humanitaire ;
  • Promouvoir nos différentes cultures à travers un programme très riche ;
  • Renforcer les liens sociaux et professionnels.

La première édition Farafina Mousso a reçus les encouragements et le soutien de la Première dame du Burkina Faso et du Ministre de la Femme, de la Solidarité National et de la Famille.

 Peux – t – on déjà avoir une idée de la date exacte du déroulement de cet évènement et comment le programme va – t – il s’articuler ?

Le 16 Mars 2019 est la date provisoire de la prochaine édition de FARAFINA MOUSSO.

Une conférence de presse sera organisée pour vous donner la date officielle et tous les détails du programme.

Ce serait la deuxième édition de l’événement que vous avez dénommé « Farafina Mousso » dont le thème était l’année passée « Lève-toi et brille, fais briller des générations avec et après toi. » Avez-vous déjà une idée sur le thème de cette présente édition ?

Le thème tout comme le programme vous seront communiqués  à la conférence de presse

 Vous aviez honoré à l’édition passée des femmes venues de différents pays d’Afrique et qui vivent aux USA. Est-ce que vous voulez refaire la même chose pour cette édition 2019 ?

Absolument, des femmes qui vivent aux USA seront honorées. Comparativement à l’édition passée nous travaillons à étendre la zone géographique. Retenez que nous allons graduellement et en fonction des moyens qui sont à notre disposition.

Puisque l’événement que vous organisez vise à magnifier la femme Africaine, est – ce que les hommes sont aussi les bienvenus ?

Bien sûre, les hommes sont les bienvenus à cet évènement. Nous avons des hommes qui sont dans le comité d’organisation. Ils sont nos premiers supporteurs.

Je profite de votre plateforme pour leur dire merci.

Vous avez dit « que la femme Africaine doit être soumise, respectueuse et combattante. » Ne pensez – vous pas que vous attirez le courroux d’autres femmes qui pensent que l’homme et la femme sont égaux, contre vous ?

Pas du tout, c’est certainement le mot « soumise » qui peut déranger l’entendement de certaines personnes.

Peut-être que ces personnes peuvent penser que nous (mon éditeur et moi) sommes en décalage avec ce qui est véhiculé dans notre société, surtout que nous sommes à l’heure du féminisme, de l’égalité homme/femme.  Ces propos sont  pour le moins décalés bien au contraire.

Femme soumise, pas pour dire que la femme doit être subordonnée ou encore sous la dépendance de l’homme. Par ce propos, nous avons pensé à la valeur africaine, étant donné que nous parlons de la femme africaine.

A cet effet, la notion de soumission n’est pas pour nous une notion de rivalité ou de concurrence mais de complémentarité.

 Si vous vous battez pour la cause de l’autre moitié du ciel, vous êtes aussi une farouche défenseuse de la culture africaine en générale et de la culture Burkinabè en particulier au pays de l’Oncle Sam. Parlez-nous un peu de cette initiative appelé AFRICAMM et aussi de votre structure que vous avez baptisée RICHISSIME PROD.

Africamm c’est une manière pour moi de marquer mon engagement à la filière musique. Africa Music Management a pour mission principale de promouvoir et de gérer la carrière des artistes.

 Pour bien faire les choses, j’ai construit un site internet panafricain dont le lien est www.africamm.net spécialisé dans la promotion d’artistes d’origines africaines  et la distribution d’œuvres musicales sur toutes les plateformes dites légales.

Parlant de RICHISSIME PROD, entendez par richissime le talent. La richissime pro est une structure qui s’investit t dans la production, le management, l’évènementiel, et l’infographie.

 Votre mot de la fin ?

Je profite de votre plateforme pour inviter toutes les communautés à sortir massivement pour Farafina Mousso 2019.

Merci et longue vie à The African Journal

Bonne et heureuse année 2019 à toutes et à tous.  

Barnabé  Bazona Bado

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *