Établir des limites dans son couple et sa famille

Faut – il établir des limites dans son couple ? Bérenger Ouédraogo répond à cela.

Il existe dans la vie de couple et de la famille comme dans toute relation sociale des critères propres qui sont inviolables ou non-négociables. Il s’agit des limites physiques, émotionnelles et mentales établies d’abord pour se protéger d’être manipulé, utilisé comme un objet ou violenté ; elles permettent aussi de gérer agréablement le quotidien de la famille et ainsi faire bien fonctionner le couple et la famille.

Pour Véronique Larivière, sexologue et auteur, « Le fait d’être en couple et en famille ne signifie pas ignorer ses préférences, » c’est-à-dire ce qu’on aime, ce qu’on n’aime pas, ce dont on a envie, ce dont on n’a pas envie. Pour favoriser son épanouissement personnel et familial, il est donc primordial de fixer des bornes qu’on ne veut pas franchir avec son ou sa partenaire. C’est mon espace personnel et ma vie privée. Ces limites définissent le cadre du jeu amoureux et familial.

Selon Diane Gagnon, « Mettre ses limites, ça ne veut pas dire rejeter les autres ou être moins généreux envers eux, ça signifie cesser de se rejeter soi-même et commencer à être plus généreux envers soi-même. Ce n’est pas de l’égoïsme : c’est de l’estime de soi. Et c’est la base du bonheur ».

Pour que la relation soit saine et épanouissante dans la famille, il y a des choses précises que chaque membre n’accepte pas s’il veut conserver son espace personnel, son estime de soi et la sécurité de la famille. Il s’agit par exemple de certains comportements, certaines activités, certains amis, des façons de s’habiller et de parler, des paroles à dire ou à ne pas dire etc. Il y a aussi des choses que l’on promeut et accepte : défendre, protéger et valoriser son conjoint, ne pas ignorer son conjoint, ne pas refuser du sexe à son conjoint, dire la vérité, s’investir pour la famille, communiquer positivement etc. Chacun devra savoir et dire jusqu’où il est prêt à supporter ou à tolérer ceci ou cela dans la famille : les amis, les finances,  l’espace et le temps personnels et communs, la fidélité, l’amour.  Il ne consiste pas à imposer, mais à ouvrir le dialogue puis écouter chacun dans ses craintes, ses espoirs et ses désirs de bien faire pour la famille.  En cela, les parents, c’est-à-dire le couple, y jouent un rôle important.

Le but de cet exercice est de permettre à chacun d’être entendu pour ensuite laisser à chaque membre de la famille le soin de respecter les limites posées. En rappel, ces limites ou règles sont là pour encadrer le bon fonctionnement d’une relation et assurer le bien-être de chacun. Leslie Becker-Phelps, PhD affirme qu’elles créent de l’espace personnel où chacun se sent bien, respecté et capable d’être soi pour ensuite se donner gracieusement aux autres. Alors, elles ne visent pas à contrôler et à restreindre la liberté. C’est pourquoi, il faut faire attention à la possessivité et à la jalousie ; elles sont deux maladies qui font pression pour contrôler le comportement détruisant ainsi la confiance et la relation. L’éducation reçue, les expériences personnelles, les valeurs et l’estime de soi, les objectifs de vie y jouent un grand rôle.

En définitive, établir des limites dans son couple et sa famille, c’est prendre en considération les sentiments de chacun et lui témoigner de la gratitude et du respect dans ses différences d’opinions.  Cela donne aussi à tous de se respecter mutuellement, de grandir et de se protéger des intrusions parfois malsaines du dehors.

Wendlassida A. Bérenger Ouédraogo

Certified Relationship Coach. Family Life and Chastity Educator. Author.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *