Express African Halal Restaurant où le client est roi et la qualité de rigueur

Express African Halal Restaurant fait la fierté de la communauté africaine à New York. Situé dans le Bronx sur la 165 Street et College Avenue, Express African Halah Restaurant a acquis sa notoriété grâce à la cuisine ouest – africaine qu’il propose à la clientèle. « Nos plats sont typiquement Ouest Africain et notre clientèle  qui vient de la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Burkina Faso, le Mali, le Niger, le Ghana, pour ne citer que ceux-là, se raffole des mets succulents que nous leur proposons, dira Ousmane Traoré  qui veillait  au grain sur les brochettes et les poulets étalés sur le grille  d’où échappaient  la flamme et la fumée qui apportaient  avec elles l’arôme de ces grillades en ce mois d’hiver froid ou déguster  une brochette chaude fait du bien au corps. Mais outre les brochettes et les grillades, le menu est bien plus varié tels que l’attiéké, le Foutou, le to, riz gras et riz sauce, poisson braisé, queue de dindon grillé, patates et igname frites, haricot, Debbie, alloco, pintade grillée,  etc.

Ousmane Traore

Née et grandi en Côte d’Ivoire, Ousmane Traoré originaire de la Guinée Conakry est à la fois le propriétaire et le manager de Express African Halah Restaurant. « Ce qui fait la différence entre Express African Halah Restaurant et les autres restaurants africains c’est la qualité de la nourriture, dira t – il. Comme exemple Ousmane dit qu’il a été boucher pendant 8 ans et a travaillé avec les arabes dans ce cadre à New Jersey. Par conséquent, il connait la qualité de la viande.  Il est d’ailleurs aussi propriétaire d’un Meat Market situé à la 176 street sur Third Avenue. « La viande que nous consommons est catégorisée et beaucoup de gens ne le savent pas, » Pour lui, la qualité de la viande est catégorisée de 1 à 3 et cela dépend de l’âge de l’animal, et bien d’autres critères. Et d’ajouter : « Nos brochettes sont différentes des brochettes des autres restaurants qui font leurs brochettes sur du gaz. Nous nous utilisons du charbon. » Ousmane ravitaille les super marchés en viande et se ravitaille lui-même. « Je paye les bœufs et les moutons vivants et je les fais égorger avant de ravitailler les autres, donc je connais la qualité de la viande. C’est pourquoi il y a beaucoup de gens qui fréquentent mon restaurant. » Le moins qu’on puisse dire c’est que la clientèle ne cesse de se bousculer à Express African Halah Restaurant.

Preuve que la qualité des mets, la propreté, l’accueille, et la gentillesse couplée du sourire accueillant des serveuses, constituent des atouts et des ingrédients indispensables pour développer un tel business.

Avant de se lancer dans la restauration et d’être boucher, Ousmane a conduit taxi tout comme bon nombre d’immigrants à New York. Il a quelques conseils pour tous ceux qui veulent se lancer dans le business à New York. « Il faut avoir un fonds de roulement avant de commencer un business, car le business peut prendre une année voire quelques années avant de décoller, » a – t – il déclaré. Mais en plus du temps, il faut s’assurer qu’on a un bon endroit dira Ousmane qui a un message important pour la diaspora africaine à New York : « Nous avons besoin de s’entraider et nous devons prendre l’exemple sur les Juifs et les Espagnoles, » dit – il. «  Les juifs par exemple n’achèteront pas quelque chose ailleurs si ce n’est pas chez un Juif.

Si tu attaques un Espagnole tu as affaire avec tous les Espagnoles, ce qui n’est pas le cas avec les Africains. »

En espérant que son message ne sera pas tombé dans l’oreille d’un sourd, Ousmane a su saisir le taureau par les cornes : Express African Halah Restaurant va bien. La clientèle est satisfaite et Ousmane fait des bonnes affaires.

Bazona Barnabé Bado

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *