La section CDP – USA et une partie de la société civile sonnent l’heure de la mobilisation contre le nouveau code électoral au Burkina

By :  Bazona Barnabé  Bado et Moustapha Diaoune

Les cadres de la section CDP – USA et l’Union de la Diaspora Burkinabè des USA (UDB) ont organisé une conférence de presse le samedi dernier devant le siège des Nations – Unies pour protester contre la nouvelle loi sur le code électoral adoptée le 3 juillet dernier par l’Assemblée Nationale en session extraordinaire.

Ils étaient 15 membres venus de New York, de New Jersey et de Pennsylvanie et qui ont estimé dans leur déclaration liminaire que : « après la transition qui a terrorisé et instrumentalisé   l’exclusion lors des élections de 2015, le MPP et alliés viennent d’établir une autre exclusion encore plus massive aux élections de 2020 ».

Ils ont brandi ledit code qui stipule en son article 52 : « pour justifier son identité au niveau national ou à l’étranger, l’électeur produit la carte nationale d’identité du Burkina Faso ou le passeport ordinaire tous en cours de validité. » Et l’ancien code qui stipule : « Pour tout Burkinabè résidant à l’étranger, l’électeur produit, la carte nationale d’identité Burkinabè, la carte consulaire, ou le passeport Burkinabé. »

Ils ont dit que le nouveau code électoral « supprime la carte consulaire et la remplace par la carte nationale d’identité (CNIB) ou le passeport. » Pour eux, cela contrarie l’article 265 du code électoral qui stipule : « les cartes d’électeurs obtenues après inscription sur présentation d’une pièce autre que la carte nationale d’identité Burkinabè demeure jusqu’en 2021 ».  

Par conséquent, ils ont appelé « chaque Burkinabè de l’étranger à manifester activement contre cette mesure d’exclusion, (et) au boycott de toutes les activités diplomatiques à l’égard du gouvernement Burkinabè sur tout le territoire Américain. »

Ont pris la parole lors de cette conférence de presse, Marcel Yameogo 3eme secrétaire général chargé des structures du Parti CDP à l’extérieur, Hamzah Ouédraogo, secrétaire général de la section CDP – USA, Ouattara Thierry et Zeguime Daouda, respectivement chargé de l’organisation et coordonnateur de UDB qui est un mouvement de la société civile.

A la question de savoir pourquoi le choix du siège des Nations – Unies pour la tenue de la conférence de presse, ils ont expliqué que c’est une question des droits humains et que les Nations – Unies sont un symbole fort pour les droits humains. Ils n’excluent pas aussi des manifestations devant les consulats et les ambassades. Et quand ? « Le délai est imminent », ont – ils dit.

La grande préoccupation des conférenciers est aussi le fait que le nouveau code électoral requiert que la carte nationale d’identité et le passeport seuls documents autorisés pour le vote doivent être en cours de validité. Ils ont estimé donc que la majeure partie des Burkinabè de l’étranger en particulier ceux des Etats – Unis d’Amérique qui vivent depuis longtemps aux USA ont des passeports et carte nationale d’identité dont la validité est expirée et que la procédure pour établir le passeport ou la carte d’identité dans les consulats n’est pas facile.

Parlant des Ambassades ou Consulats seuls lieux retenus pour les votes, les conférenciers ont estimé que le gouvernement peut régler cela en travaillant avec les autres pays voisins qui ont des consulats qu’ils peuvent mettre à la disposition du gouvernement afin de permettre à tous les Burkinabè de l’étranger de pouvoir voter. Outre ces consulats, ils ont estimé qu’il existe aussi des endroits où les Burkinabè de l’étranger partout où ils sont, organisent leurs activités. Et que ces endroits peuvent être des lieux utiles pour que tout le monde puisse voter. Bref, ils ont estimé que le gouvernement manque de volonté politique mais à dessein.  

Les conférenciers ont dit qu’ils ne vont pas baisser les bras. « Nous demandons à tous nos militants dans tous les Etats de rester mobilisés et en alerte en attendant le mot d’ordre de la section CDP – USA, » ont – ils conclu.

 

 

 

One Reply to “ La section CDP – USA et une partie de la société civile sonnent l’heure de la mobilisation contre le nouveau code électoral au Burkina”

  1. Vive le CDP dans la cohésion, l’entente et le respect de ses textes fondamantaux.
    Victoir CDP NEW YORK
    VICTOIR CDP USA
    VICTOIR au CDP.
    VIVE LE BURKINA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *