L’Ambassadrice de l’Union Africaine aux Etats – Unis rencontre la diaspora Africaine

 L’Ambassadrice de l’Union Africaine aux Etats – Unis, Dr. Arikana Chihombori – Quao a rencontré le 18 Mai 2019 la diaspora Africaine à Harlem à New York pour leur présenter une vue d’ensemble de l’Afrique.

Le développement durable en Afrique « doit inclure la diaspora Africaine, » a laissé entendre, Dr. Arikana, qui a également ajouté qu’Israël, petit pays, est puissant en raison de sa diaspora. « La diaspora africaine doit venir à la table de négociation », a-t-elle déclaré.

Nonobstant, la même diaspora se méfie des uns autres des autres. « Pourquoi y – a t – il cette méfiance entre nous ? » se demande Dr. Arikana. Pour répondre à cette question, elle nous renvoie en 1884 une date qui nous rappelle la conférence de Berlin alors que « les Africains dormaient, les Européens avaient la carte de l’Afrique devant eux dans le but de nous diviser. »

« Quand ils sont venus, ils ont commencé à nous dire que tout ce qui est en Afrique est mauvais et tout ce qui est est en Europe est bon, » a t – elle dit. Et nous l’avions cru, nous l’avions accepté, et c’est ancré dans nos esprits. « Ils n’ont plus besoin de nous dire ça, c’est un processus, » dira – t – elle. Et de préciser que dans les instances de décision « nous négocions dans un esprit d’infériorité ; ils prennent les décisions et disent aux Africains de les appliquer. »

Avant la démocratie, les leaders Africains n’étaient pas élus, ils faisaient des coups d’Etat avec la bénédiction de leurs homologues européens. Certaines personnes disent que c’étaient les Européens eux même qui faisaient ces coup d’Etat sur le sol Africain. « Ils ne font plus des coups d’Etat maintenant, ils créent de l’instabilité, » a déclaré Dr. Arikana. Et on peut citer le terrorisme, les conflits et guerres. Et « nous négocions avec ceux qui créent l’instabilité en Afrique, » précise – t – elle. Et de poursuivre : « Que pouvons – nous faire quand la colonisation continue, et quand ils ont mis en place des règlements, des lois et traités qui continuent d’exister ? » dit – elle avant de conclure : « Nous n’avons pas besoin de la France. »

Dans son discours, Ramatu Ahmed, fondatrice et directrice exécutive de « African Life Center » a décrit en ces termes ce que la diaspora Africaine et des Africains pensent de l’Union Africaine : « Alors que je m’organisais pour la visite de Madame l’Ambassadrice à New York, et partageait quelques pensées avec mes frères et sœurs d’Afrique, certains ont clairement dit qu’ils ont perdu depuis longtemps de l’espoir avec l’Union Africaine. D’autres, pour la plupart la jeune génération, ne savent pas ce que c’est que l’Union Africaine.  Ceux qui connaissent l’Union Africaine sont découragés vu le niveau de corruption dont fait montre les gouvernements Africains. »

Dr. Arikana n’a pas nié l’existence de la corruption en Afrique. Elle a aussi pointé du doigt vers la France qui selon elle, prend de l’Afrique 3 trillion de dollars chaque année.

“Pensez-vous qu’un jour en Afrique, nous aurons un président, une Afrique ? Nous lui avons demandé. Du point de vue logistique c’est non,” a-t-elle répondu, ajoutant que les Africains devaient se concentrer sur le commerce, renforcer l’économie et supprimer les barrières. Elle rêve d’une Union africaine à l’image de l’Europe.

Il y a cependant de l’espoir. Selon Dr. Arikana, les Africains ont commencé a parlé de la même voix quand on sait que des accords existent et sont prêts à être appliqués bientôt. « Le géant endormi s’est réveillé, » a – t – elle souligné.

Il y a eu d’autres personnes de la diaspora Africaine qui ont eu à intervenir pendant cet évènement. Parmi eux, Mimi Plange une styliste du Ghana qui a eu à habiller une fois l’ancienne première dame des Etats – Unis Michelle Obama, Dr. Drissa Kone professeur enseignant la résolution des conflits, Asfaha Hadera and Kim Nichols, tous deux co – directeur de African Services Committee.

Dr. Arikana a été également dans le Bronx et à Long Island.

Bazona Barnabe Bado

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *