Le pardon dans le couple

Le gros et le petit pardon, vous en connaissez ? Bérenger Ouédraogo nous en parle

Dans la vie de couple, les conjoints se blessent mutuellement. Cela peut être en paroles, en actions ou par omission. Si le pardon manque au cœur de ces blessures, certains membres du couple peuvent devenir froids, aigres, rancuniers, distants etc. dans la relation ou même ne plus vouloir la relation. Les conséquences du non pardon sont nombreuses.

Pardonner n’est pas une démarche facile ; elle est pourtant indispensable si nous voulons que notre relation reste vivante et féconde. Le pardon n’est pas l’oubli du passé ou de l’acte qui m’a blessé. Selon Christian Duquoc, auteur et animateur de sessions sur le pardon, « Il est le risque d’un avenir autre que celui imposé par le passé et l’acte ». Je reconnais que je suis offensé et blessé, mais je choisis de continuer la relation en témoignant plus d’amour.

Pardonner, c’est choisir de restaurer la relation ; c’est choisir l’unité du couple en acceptant que l’autre soit différent et maladroit. Pardonner est un acte d’amour. C’est pourquoi, il recrée la vie et redonne la possibilité de continuer la vie du couple sans aigreur ni rancune.  Pour Bernard Marliangeas, théologien catholique et auteur, « Ton pardon n’est ni l’acquittement, ni l’excuse, mais l’accueil de ce que je suis, et l’ouverture à un avenir pour notre relation ».

Il existe les « petits pardons » et les « grands pardons ».

Les « petits pardons » répondent aux blessures anodines de la vie de tous les jours : une parole maladroite, une réflexion malveillante, un compliment qu’on attendait et qui n’est jamais venu, une reconnaissance jamais exprimée, une voix qui crie trop fort, un reproche malvenu, une tendresse qu’on n’a pas reçue etc. Les « petits pardons » sont faciles à vivre. En effet, le couple continue de manifester des vibrations positives telles que des marques d’affection, des projets communs, la volonté de pardonner etc.

Les « grands pardons » sont plus difficiles à donner car ils concernent des blessures plus profondes qui touchent le caractère. On pardonne douloureusement à quelqu’un qui ne reconnait jamais son tort et qui est toujours prêt à reprendre la même chose.  Il en est de même en cas d’infidélité, de mensonge notoire, de celui qui a toujours raison, qui diminue et dévalorise l’autre devant d’autres personnes, qui devient alcoolique, qui développe la haine etc.

Pour faciliter le pardon dans le couple, il faut éviter la dispute. Celle-ci est une réaction normale et naturelle du conjoint blessé ; toutefois, elle est épuisante et destructrice à long terme pour chacun. Il faut trouver de bons moments et formuler de paroles positives pour demander pardon ou donner le pardon.  

« Pardonnez, si vous voulez qu’il vous soit pardonné à vous-même. » (Jean Chrysostome, Les homélies, discours et lettres choisies, 1785)

« On est plus heureux en pardonnant qu’en exigeant la réparation des torts qu’on a reçus. »
(Thomas Wilson, Les maximes de la piété et du christianisme, 1781)

 

Wendlassida A. Bérenger Ouédraogo

Certified Relationship Coach. Family Life and Chastity Educator.  Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *