Le Président du Faso Roch Marc Christian Kaboré a rencontré les Burkinabè des USA sur fond  de querelles de leadership

Le Président du Faso Son Excellence Rock Marc Christian Kaboré a rencontré le lundi 23 septembre 2019 à New York la communauté Burkinabè vivant aux Etats – Unis d’Amérique pour des échanges franches et directes.

Prévue pour se tenir initialement dans un hôtel, c’est finalement dans un hôpital ( Lincoln hospital) dans le Bronx que la rencontre a eu lieu sur fond de querelles de leadership associatif. Les initiateurs de la rencontre à l’hôpital ont estimé que le Bronx qui est l’un des cinq arrondissements de la ville de New York,  abrite beaucoup d’Africains.

L’honneur est revenu à l’un des docteurs de l’hôpital de souhaiter la bienvenue aux uns et autres dans les locaux de l’hôpital. Il a saisi l’occasion pour présenter l’institution qui selon lui a été construite pour apporter des soins à toutes les communautés. «  Des docteurs du monde entier viennent se faire former ici, » a – t – il déclaré .

C’est l’Ambassadeur du Burkina Faso à Washington DC Seydou Kaboré   qui a pris la parole au nom de toute la communauté et ce contrairement à la dernière rencontre qui a eu lieu il y a deux ans où c’était le délégué CSBE qui avait assumé cette tâche. La raison est simple : le délégué CSBE étant absent, il fallait trouver Pierre ou Paul pour prendre la parole. Et comme tout le monde veut être à la tête et non à la queue, il y avait plusieurs prétendants et chacun a brandit ses muscles. En d’autres termes, chacun tenait à parler au Président au nom de ses compatriotes. Pour donc calmer les ardeurs des uns et des autres, et faire descendre un tant soit peu la température, Son excellence a donc pris la parole pour souhaiter la bienvenue au nom de toute la diaspora. Il a dit que la diaspora est active, qu’il y a un certain dynamisme sur le plan du monde des affaires, que des Burkinabè ont créé des ONG et Associations. Il a également parlé de la distribution des milliers de passeports après le passage des équipes chargées de l’établissement des pièces de votation. Il a aussi relevé des insuffisances tels que la faiblesse au niveau de l’enrôlement, et le manque de consulats dans bien d’autres coins.

Ce fut le tour du Président du Faso de prendre la parole pour exprimer toute sa satisfaction du fait de la mobilisation des Burkinabè de la diaspora des USA. Il dira que leur présence ici témoigne de l’intérêt qu’ils portent à la vie de leur nation. Il a salué la cohésion et l’unité au sein de la communauté et l’a exhorté à l’entente et à l’entraide.

Parlant de la situation nationale, il dira que la préoccupation essentielle reste la sécurité. «  Le pays paie un lourd tribut au regard des morts, des déplacements des populations… » Les statistiques qu’il a présentés ne sont pas reluisants : 270. 000 personnes déplacées, 2000 écoles fermées, et 70 centres de santé fermés. « C’est une situation qui nous est préoccupante mais elle n’est pas irrémédiable. »

Sur le plan politique, il a dit que la rencontre avec l’opposition a été un succès et que le seul point de discussion est la carte consulaire qui a été refusée comme étant une pièce de votation car selon lui elle n’est pas identique partout. Il a donné une autre information que beaucoup de gens ignoraient. Pour les Burkinabè de la diaspora, il ne suffit pas seulement d’avoir une pièce de votation en bonne et due forme pour pouvoir voter. En plus de cet élément précieux, il faut être immatriculé à l’ambassade du pays où l’on vit.

 Sur le plan de la justice, il a informé ses compatriotes sur le procès du coup d’Etat. Il a dit que le jugement a été rendu. «  Nous sommes dans un Etat de droit et ceux qui ont été condamnés peuvent faire recours, » a t – il dit.

Sur le plan de la santé, il a parlé « des médecins qui font des grèves anachroniques.» Il a dit que le gouvernement ne va pas reculer tout en invitant les grévistes au dialogue.

Sur le plan pluviométrique, il a dit que ça va relativement bien.

Des questions et des suggestions, il y en a eu. Une bonne partie des questions a été orientée sur la question sécuritaire. Les uns voulaient savoir ce que le gouvernement fait concrètement pour faire face a ce terrorisme, les autres ont proposé des solutions ( leurs solutions). La question de la réconciliation et la grogne au sein de l’armée ont été également abordées.

Avant que le président réponde aux différentes questions, une personne avait pris la parole pour dire que les associations qui existent sont « des associations politiques et festives » et qu’ on ne s’aime pas. Et le président dira que les associations sont apolitiques et a appelé à l’entente et a dit  « d’éviter que nos egos ne l’emportent. » Il a expliqué les mesures qui ont été prises sur le domaine de la sécurité notamment le G5 Sahel où il a dit que des fonds sont disponibles mais c’est les procédures pour débloquer cet argent qui sont complexes. Pour répondre à une question sur la réconciliation, il a dit que « la réconciliation est un état d’esprit et qu’on ne peut pas réconcilier ceux qui ne veulent pas être réconciliés. »

En ce qui concerne les problèmes au sein de l’armée, il a dit qu’il y avait des petits problèmes après que l’armée ait été attaquée. Des éléments ont voulu qu’il ait des changements au sein de la hiérarchie après cette attaque, a laissé entendre le Président. Ce qui a été fait selon lui.

La rencontre s’est terminée sur fonds de prière pour donner suite à la demande d’un Burkinabè.

Bazona Barnabé Bado

 

 

 

One Reply to “Le Président du Faso Roch Marc Christian Kaboré a rencontré les Burkinabè des USA sur fond  de querelles de leadership”

  1. Salut à toutes et à tous, merci TheAfricanJournal pour les informations .Condoléances aux parents des victimes des différents massacres. Bon rétablissement aux blessés. Bien dit TAJ, c’est le grand problème des Burkinabè.Chacun veut être la tête d’un Chat que la queue d’un Lion,comme disait un homme politique du pays.La diaspora est le miroir.Nous devrions tous prendre conscience de notre état d’être, et penser au devenir de notre Burkina Faso. Que nos Ancêtres et le Tout Puissant veillent sur le Burkina.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *