Le président tchadien tentera de décrocher un sixième mandat à la tête du Tchad

Sans grande surprise, Idriss Déby sera candidat à sa propre succession. Ce samedi, le président tchadien a été officiellement investi candidat par son parti, afin qu’il puisse représenter le Mouvement patriotique du salut (MPS) lors de l’élection présidentielle du 11 avril.En cas de victoire, ce serait un sixième mandat pour le président qui dirige le Tchad d’une main de fer depuis 30 ans.

Idriss Déby bénéficie d’un large soutient de la communauté internationale pour son rôle dans la lutte contre les groupes djihadistes au Sahel. L’armée tchadienne fournit aux Casques bleus de l’ONU au Mali l’un de leurs principaux contingents et passe pour la plus aguerrie des participants à la force conjointe du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad).

Une alliance pour détrôner Déby

Mais l’opposition l’accuse de s’accrocher au pouvoir. Mardi dernier douze responsables de partis d’opposition ont scellé une alliance électorale afin de présenter un candidat unique face au président Tchadien. Une union baptisée “Alliance Victoire” dans l’espoir de grandir leurs chances face à un Idriss Déby vainqueur dès le premier tour depuis 2001, accusé de fraudes dans les urnes.

L’opposition a appelé samedi à des manifestations pour réclamer plus de justice sociale et une alternance politique au sommet de l’état, mais celles-ci ont été interdites par les autorités, au motif qu’elles risqueraient “d’engendrer des troubles à l’ordre public“.

 AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *