L’histoire de Thanksgiving 

Au départ célébration religieuse et culturelle, Thanksgiving se fête aujourd’hui dans tous les milieux, principalement aux Etats-unis, au Canada, au Liberia et sur l’Ile Norfolk. Et ce à différentes dates de l’année suivant les pays concernés : 

  • Date de Thanksgiving au Canada : le deuxième lundi d’octobre 
  • Date de Thanksgiving au Liberia : le premier jeudi de novembre. C’est donc la seconde nation de l’année à célébrer Thanksgiving. Cette tradition a été exportée dans ce pays d’Afrique de l’Ouest par des immigrants afro-américains libérés de l’esclavage (du coup, les rites observés correspondent à ceux des Américains le quatrième jeudi de novembre). Au XIXe siècle, ces ex-esclaves ont fondé le pays. 
  • Date de Thanksgiving aux Etats-Unis : le quatrième jeudi de novembre, mois de la Toussaint en France, soit le 26 novembre en 2020.
  • Date de Thanksgiving sur l’Ile Norfolk (territoire autogouverné du Pacifique associé à l’Australie) : le dernier mercredi de novembre .    Thanksgiving                                               Dans quels autres pays fête-t-on Thanksgiving ? 
    • Iles Salomon : l’atoll situé entre mer de Corail et Océan Pacifique célèbre Thanksgiving le 26 décembre de chaque année depuis 1970. 
    • Grenade : dans cette île des Caraïbes, un jour férié matérialise Thanksgiving le 25 octobre pour commémorer l’anniversaire de l’intervention militaire américano-caribéenne dans le pays en 1983. L’objectif d’alors ? Le retour de l’ordre et la paix dans l’Etat indépendant destabilisé par un coup d’état communiste. En guise de plat national toutefois, l'”oil down” remplace la dinde. D’après Fred, blogueur adepte de croisières exotiques à qui un local prénommé Daevon a confié sa recette, il s’agit d’un ragoût roboratif à base de poulet, queues de cochon, carottes, citrouille, poisson salé et fruits de l’arbre à pain. Noyé de lait de coco maison et piments antillais et agrémenté d’une bonne dose de feuilles de calalou (sorte d’épinard), le tout se déguste volontiers sur la plage. 
    • Leiden (Pays-Bas) : dans cette ville néerlandaise située entre Amsterdam et La Haye, à une dizaine de kilomètres de la côte de la mer du Nord, Thanksgiving se célèbre le quatrième jeudi de novembre, comme aux Etats-Unis. Des Pèlerins du Mayflower – ce vaisseau marchand du 17e siècle qui transportait 102 immigrants anglais entre Plymouth, en Angleterre, et la colonie de Plymouth, dans le Massachusetts en 1620 – ont en effet vécu aux abords de l’église de Pieterskerk de 1609 à 1620. Là où se célèbre désormais le jour des actions de grâce. D’après un article explicatif du centre des expatriés de Leiden, la famille de George W.Bush comme celle d’Obama auraient des racines dans cette commune.                   
      • Saint-Lucia : l’Etat insulaire des Antilles fête Thanksgiving le 1er lundi d’octobre. 
      • Puerto Rico : le jour de Thanksgiving à Puerto Rico, la cuisine est antillaise mais la célébration reste américaine. Le quatrième jeudi de novembre, la dinde est cuisinée à la mode locale et on danse au rythme de la musique salsa et merengue. 
      • Royaume-Uni : Thanksgiving n’est pas officiellement célébrée au Royaume-Uni. En revanche, on y honore traditionnellement le “Harvest festival” (Fête des récoltes), au moment de la pleine lune la plus proche de l’équinoxe d’automne. Cela dit, de nombreux restaurants servent un dîner de Thanksgiving à travers le pays, et des familles britanniques suivent aussi chez elles les rites d’outre-Atlantique.  Thanksgiving

      Thanksgiving : quelle origine ?

      Thanksgiving vise à remercier Dieu et les récoltes. Mais si la journée d’action de grâce marquée par Thanksgiving célèbre l’aide divine et une terre fertile, elle honore aussi les bonheurs en tous genres reçus au cours de l’année. Ce jour de fête nationale s’ancre également dans l’histoire. En 1621, les premiers pèlerins européens ou colons du Mayflower instaurent ce rite pour remercier les Indiens. Ces derniers sont venus en aide aux dissidents religieux britanniques, alias “Pilgrims”, dans leur installation aux portes de Cape Cod (Massachusetts) : ils leur ont appris comment chasser et récolter le maïs. Aujourd’hui, à travers Thanksgiving, les Américains continuent à remercier Dieu d’avoir favorisé l’installation de leur première colonie au XVIIe siècle. A la clé : un moment festif, familial et convivial autour d’un dîner traditionnel aux airs de fêtes de fin d’année.

      Repas de Thanksgiving : la recette

      Préparer une dinde de Thanksgiving ne s’improvise pas. Sur une table aux couleurs d’automne parsemée de bougeoirs chaleureux, nous vous proposons d’en présenter une que vous aurez confectionnée dans la plus pure tradition anglo-saxonne. Sur le Journaldesfemmes.com, Sophie Le Menestrel vous explique donc comment la préparer. Celle qui fête chaque année Thanksgiving avec sa famille franco-américaine insiste par exemple sur la taille de la dinde, qui doit être copieuse afin de réunir du monde autour de la table. Autre détail crucial : “bien arroser la volaille au cours de la cuisson pour éviter qu’elle ne se dessèche”. La bonne méthode consiste à enduire la dinde de beurre ramolli, puis faire un bouillon avec les abats et arroser le gallinacé toutes les vingt minutes avec du jus de pomme, le bouillon et le jus rendu par la cuisson. “Vous verrez, le jus de pomme caramélise la peau et la chair de votre dinde sera toute moelleuse !”, rassure la coach des fourneaux.

      Thanksgiving et sa tradition

      Sur le webzine d’actu Jolpress.com, Joseph Smallhoover donne son sentiment sur le rituel “Thanksgiving”. Expatrié depuis 28 ans en France, le directeur de l’American Club of Paris parle d’une “fête qui rassemble” : “Plus importante que le 4 juillet, la fête nationale des États-Unis ou même Noël, Thanksgiving est une fête familiale qui rassemble énormément de gens. Elle n’est liée à aucun événement politique ou religieux, tout le monde peut donc y adhérer. C’est donc dans un contexte festif que juifs, musulmans, bouddhistes, athées célèbrent cet évènement.”

      Fêter Thanksgiving, une coutume désormais remise en question…

      En 2020, les Américains remettent en question Thanksgiving, notait le New York Times lors de la dernière édition de la “fête à la citrouille”, dans un article traduit par Courrier International. Outre-Atlantique, de plus en plus de citoyens semblent en effet prêts à regarder la fête traditionnelle sous un autre angle, et, analyse le journal, “à regarder en face les exactions dont ont été victimes les peuples autochtones tout au long de l’histoire”, ce dont “se félicitent les militants amérindiens”. Robert Magnan, Amérindien, est à la tête de l’expédition de chasse de Fort Peck (une réserve indienne), qui a symboliquement pour but de remercier le bison. Il  témoigne notamment : “Thanksgiving, pour les peuples amérindiens, c’est un peu comme le Columbus Day [qui commémore l’arrivée de Christophe Colomb dans le Nouveau Monde]. Pourquoi célébrer la mémoire de gens qui ont tenté de nous détruire ?”.Thanksgiving

       

      A la fin du XIXe siècle, rappelle le New York Times, les colons blancs ont massacré les bisons, et le gouvernement a cherché à exproprier les Amérindiens, qui dépendaient de ces mêmes bisons pour survivre. L’article précise : “Les mythes sur la fondation des États-Unis ont considérablement minimisé le caractère brutal de l’expansion des colons dans les Grandes Plaines et l’Ouest”. La tradition de Thanksgiving repose entre autres sur l’histoire d’un repas scellant l’amitié entre les Amérindiens et les colons blancs. Une histoire apparemment inexacte, comme le soulèvent chaque année divers articles démontant la légende. En 2020 s’y sont ajouté des débats sur la justice raciale dans le pays, sur fond de pandémie de covid touchant de plein fouet les communautés marginalisées. 

    • Thanksgiving en Angleterre et en France ?

      A ceux qui pourraient se poser la question, Thanksgiving n’est pas fêtée en Angleterre. Mais outre-Manche comme en France, certains Européens fêtent Thanksgiving par amour de la culture américaine ou simple attrait pour cette fête. C’est le cas de Mélody, Parisienne d’adoption, Bretonne et Nantaise d’origine, et passionnée de cuisine depuis l’enfance. Pour elle, Thanksgiving est une manière de mettre la main aux fourneaux de façon dépaysante et de célébrer Noël avant l’heure : ” J’ai pris l’habitude depuis quelques années de fêter Thanksgiving. Non pas que je sois américaine ou que j’ai des racines outre-Atlantique, en fait j’aime tellement l’idée de commencer la période des Fêtes dès le mois de novembre que je ne résiste plus face à l’appel de la dinde, des cranberries et de la pumpkin (potiron). L’occasion de se réunir en famille, autour d’une bonne table, comme une répétition avant Noël“, explique-t-elle sur son blog “le Boudoir gourmand.fr”. Si vous souhaitez respecter les singularités de la tradition, pensez à inviter vos convives à 17 heures au plus tard et à préparer une dinde au four de Thanksgiving. Pour cette dernière, il vaut mieux anticiper : elle nécessite plus de 4 heures de cuisson, et divers accompagnements (purée de potiron, châtaignes au lard…). “Happy thanksgiving !”.

       

      L’Internaute                       

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *