Liberia : l’ancien chef de guerre libérien “Jungle Jabbah” condamné à 30 ans de prison

By : Barnabé Bazona Bado

Jungle Jabbah”, ancien chef de guerre libérien a été condamné jeudi à 30 ans de prison aux Etats-Unis pour avoir caché à l’administration américaine son rôle dans la guerre civile libérienne.

Mohammed Jabbateh de son vrai nom, 51 ans, vivait depuis 20 ans en Pennsylvanie, aux Etats-Unis. En octobre, la justice américaine l’a reconnu coupable de fraude dans des documents d’immigration et de parjure.

Le juge l’a condamné à 30 ans de prison, la peine maximale dans son cas, en raison de la gravité des crimes que Jabbateh a voulu dissimuler. Commandant d’une milice armée au plus fort de la guerre civile au Liberia au début des années 90, l’homme est accusé d’avoir personnellement commis ou ordonné des actes tels que les viols, le cannibalisme rituel, la mutilation, les meurtres et l’utilisation d’enfants soldats.

Des accusations que le concerné a toujours démenties, mais de nombreux témoignages vont à contre-sens de sa défense, notamment ceux de ses anciens collaborateurs. Pour les associations de défense des droits de l’homme, toutefois, c’est un précédent important, surtout pour les victimes de la guerre civile libériennes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *