Opinion.  Donald Trump des USA, Laurent Gbagbo de la Côte – d’Ivoire, la religion comme dénominateur commun pour l’élection présidentielle

Bien que l’élection présidentielle aux Etats – Unis d’Amérique aux allures d’une élection en Afrique est belle et bien terminée laissant derrière elle une cicatrice béante et douloureuse, on ne peut occulter le rôle dangereux qu’à jouer la religion dans cette affaire. Oui quand la religion, mais pas Dieu,  cet opium du peuple comme le soutenait le communiste Karl Marx, se mêle aveuglement dans les affaires d’un Etat laïque, bonjour les dégâts.

Alors que les images encore fraiches  des émeutiers en courroux et décidés à en découdre avec les élus du peuple, prennent d’assaut le Parlement Américain le 6 janvier 2021, pour empêcher le Congrès de valider l’élection du président élu  d’alors Joe Biden et contestée par le camp du président déchu Donald J. Trump, hantaient toujours mon esprit, une autre image cette fois ci lointaine me vint automatiquement à l’esprit : celle de l’élection présidentielle en Cote – d’Ivoire en 2010 qui a vu la victoire du président Alassane Dramane Ouattara et contestée par le camp du président déchu Laurent Gbagbo. 

Le dénominateur commun dans ces deux élections, c’est la religion. Ce sont aussi les morts, et la gifle administrée à la démocratie.

Dans la religion, il y a ceux qui croient qu’ils sont plus spirituels que les autres, qui avouent qu’ils voient Dieu, qu’ils lui parlent, qu’ils mangent et boivent avec lui. Ils parlent aussi pour lui, même s’il n’a rien dit. Ils s’envoient mais s’il ne les a pas envoyés. L’habit ne fait pas toujours le moine, dit-on. L’un des Livres Saints nous apprend que Satan aussi croit en Dieu, seulement il tremble. Et encore, il se déguise en ange de lumière.

Nombreux sont les politiciens pour des raisons électorales tombent sous le coup de leur charme même s’il y a parfois manipulation de part et d’autre. Car l’un ou l’autre en tire profit, c’est selon.

 L’Amérique est devenue de plus en plus religieuse perdant ainsi sa foi en Dieu. On me demandera sans doute ce qui marque la différence entre la religion et Dieu ? La réponse à cette question est simple : Au nom de la religion, on peut tuer, voler, mentir… Mais Dieu est amour. Il nous a dit de nous aimer les uns et les autres. Il est l’essence de l’amour et nous ordonne même d’aimer nos ennemis.

La religion a joué un rôle primordial dans l’élection présidentielle aux USA. Il y a eu une poignée de religieux qui avaient formé un groupe restreint et qui priaient pour le président qui avait ouvert non pas seulement ses oreilles, mais aussi son cœur à l’écoute de ces « hommes et femmes de Dieu » qui ont tous prophétisé qu’il sera réélu pour un second mandat.

 J’ai regardé une vidéo dans laquelle on voit le président assis dans un temple pendant qu’une femme se tient debout au milieu de la foule disant que Dieu lui a dit que le président Trump sera réélu pour un second mandat de 4 ans. Et le président ébaucha un large sourire.

Et quand Joe Biden fut élu mais pas Trump, le camp Trump sonna la trompette pour fomenter un faux complot soutenant bec et ongles que l’élection présidentielle a été volée.

 De procès en procès, la théorie du complot a été rejetée par toutes les juridictions des Etats – Unis d’Amérique. Même quand toutes les voies légales se sont épuisées et demeurent infructueuses, le camp Trump appuyé par une poignée de religieux continue de soutenir que l’élection présidentielle a été truquée. Et pire ce groupe restreint continuait de prophétiser disant que Dieu n’a pas encore dit le dernier mot et qu’il agira à la dernière minute. La même femme qui avait prophétisé dans le temple, organisa une séance de « prière » ou elle disait voir une multitude d’anges qui venaient de l’Afrique et de l’Amérique du Sud pour aider les anges aux USA afin de concrétiser la victoire d’ un président déjà déchu.

Et comme Dieu tardait à agir et que la victoire de Biden se confirmait de jour en jour, ils ont voulu agir à la place de Dieu. Ce qui explique en partie la descente musclée et meurtrière des émeutiers du 6 janvier dernier.

C’est exactement ce qui s’est passé en Côte d’Ivoire en 2010 pendant l’élection présidentielle. Un groupe de religieux, cette fois ci en Afrique, disait à Laurent Gbagbo qu’il était le messie qui devrait sauver la Cote – d’Ivoire des mains des infidèles. Il priait et jeunait si seulement Dieu les entendait, pour la réélection de Laurent Gbagbo. Ce groupe avait aussi prophétisé la réélection de Gbagbo qui perd l’élection au premier tour. Malgré tout, il continuait de donner l’espoir à Gbagbo prophétisant que Dieu va agir à la dernière minute et que Gbagbo sera bel et bien le président de la Cote d’Ivoire.  Même pendant que Gbagbo fuyait devant la mort et avait trouvé refuge dans le bunker de la présidence, ce groupe continuait de prophétiser disant que Dieu agira à coup sûr. La vérité c’est que Gbagbo a passé plus de dix ans derrière les barreaux à la Haye. 3000 personnes ont perdu la vie en Côte d’Ivoire laissant derrière eux des veuves et orphelins.

Aux USA, il y a eu également mort d’hommes. Les fondements de la plus vielle démocratie du monde ont été mis à rude épreuve. L’Amérique a été sauvée grâce à ses institutions fortes. Quand à la Côte – d’Ivoire aujourd’hui, sa démocratie va mal. Là – bas,  ce sont les hommes forts qui l’emportent au détriment des institutions fortes.   

Bazona Barnabé Bado

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *