Parentalité et immigration : un véritable challenge

Quand on émigre surtout en Europe ou aux USA, l’éducation des enfants devient un véritable challenge avec le choc culturel. Cet article nous indique les différentes attitudes qu’il faut adopter pour faire face à ce nouveau mode de vie.

A travers l’immigration, les changements culturels créent des répercussions sur les pratiques parentales c’est-à-dire la manière d’éduquer les enfants. Comment s’y prendre alors pour jouer son rôle de parent?

Pour réussir une parentalité positive en situation d’immigration, il faut d’abord accepter que ses pratiques parentales soient soumises à des transformations complexes. C’est pourquoi l’acculturation des parents est un passage obligatoire. Selon Redfield R, anthropologiste américain, il s’agit de l’ensemble des changements culturels et psychologiques qui s’opèrent quand deux ou plusieurs cultures se rencontrent. Ce sont les coutumes, le langage, les valeurs etc. qui peuvent être remises en cause, valorisés ou dévalorisés. Alors, les parents doivent apprendre à négocier avec la nouvelle culture du pays d’accueil et ajuster leurs attitudes et pratiques.  A cette étape, les familles vont connaître des interrogations dans les rôles des parents. Certains parents perdent leurs repères, d’autres leurs cultures d’origines, d’autres encore renient la nouvelle culture et vivent en marge. C’est une période très difficile pour les parents qui ont parfois besoin de l’accompagnement de professionnels.

La deuxième chose consiste à comprendre les éléments essentiels qui existent tant dans la société d’accueil que dans la famille immigrante. Il y a « du bon et du positif » dans la culture d’origine comme dans celle du pays d’accueil ; il y a aussi « du moins bon » partout.  Ces éléments se présentent sous forme d’opportunités, d’avantages et de difficultés dans l’éducation et l’épanouissement des enfants dits issus de l’immigration. Alors, il convient de discerner et de choisir parmi tous ces éléments pour construire un nouveau rôle parental afin de mieux éduquer ses enfants, c’est-à-dire comme le soulignent les experts, de « préparer les enfants à bien fonctionner dans des situations physiques, économiques et psychosociales propres à leur culture. »  Les parents immigrants doivent décider quelles pratiques ils désirent conserver de leur culture d’origine, lesquelles ils veulent modifier et quelles nouvelles pratiques ils souhaitent adopter.

De façon générale, selon les différentes expériences d’éducation des enfants et d’immigration, les parents immigrants adoptent deux attitudes positives qui favorisent leur mission éducative et la réussite socioprofessionnelle des enfants.

La première attitude est l’adaptation culturelle quand il s’agit du domaine public (au travail, dans les services sociaux etc.), c’est-à-dire la conformité à la culture d’accueil. Nous pouvons mentionner la langue, l’acceptation des règles, la valorisation des compétences personnelles (soft skills) et professionnelles (hard skills), une considération relative des diplômes académiques, le professionnalisme au travail, le code vestimentaire selon les situations etc. Lorsque cette adaptation est bien faite, l’on peut alors l’enrichir selon les cas de ses propres valeurs culturelles. C’est l’échange interculturel.

La deuxième attitude est le maintien de sa culture dans le domaine privé comme en famille. L’on peut citer les coutumes, la langue, l’art culinaire, les valeurs de respect des parents et des ainés, la vie familiale, le respect de la femme, de l’enfant, des plus démunis etc.

Ces deux attitudes permettent à l’enfant d’être équilibré et de garder son originalité qui est une richesse qu’il peut apporter à son milieu social. Elles procurent aussi aux parents un sentiment de bien-être pour jouer pleinement leur rôle de parent-passeur (passer d’une culture à une autre). Cela exige des compétences interculturelles bien sûr.

Wendlassida A. Bérenger Ouédraogo

Certified Relationship Coach. Family Life and Chastity Educator.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *