Paul Sankara frère du Président Thomas Sankara dit non au limogeage de l’ambassadrice de l’Union Africaine

L’imbattable Docteur Arikana Chihombori-Quao, ancienne ambassadrice de l’Union africaine à Washington DC, a assisté le 19 octobre, 2019 à Harlem à New York, à une conférence dont le thème était : «Le panafricanisme passé, présent,  et futur», aux côtés de Paul Sankara, frère de feu le président du Burkina Faso Thomas Sankara, le professeur Leonard Jeffries, et Raymond Dugue du Zimbabwe.

«Mon mandat est de promouvoir l’Afrique dans les Amériques et, plus important encore, de mobiliser la diaspora africaine, c’est-à-dire toutes les personnes d’ascendance africaine vivant en dehors de l’Afrique», a déclaré Son Excellence Arikana en 2015, lorsqu’elle a reçu le «Women of Excellence Award» au Sommet de l’Union africaine avant sa nomination le 7 octobre 2017 en tant que représentante de l’Union Africaine aux États-Unis.

Cependant, le 7 octobre 2019, elle a reçu une lettre signée de la main du président de la Commission de l’Union Africaine, Moussa Faki, de nationalité tchadienne, indiquant qu’elle n’était plus «l’ambassadrice permanente» de l’Union africaine sans préciser pour quelle raison elle avait été licenciée.

La sanction telle qu’elle doit être appelée, au lieu de saper son inspiration et sa détermination, l’a audacieusement galvanisée et jeté la lumière sur le fait qu’elle est sur la bonne voie. Elle a allumé la flamme de l’espoir.

 «Il est temps de nous décoloniser, la chaîne de notre état d’esprit doit disparaître», a-t-elle déclaré alors qu’elle portait une robe bleue qui symbolise la loyauté, la force, la sagesse et la confiance.

Dr. Arikana a expliqué comment elle avait été nommée ambassadrice. Cela a commencé par un coup d’appel de minuit d’une de ses amies, qui lui a fait la proposition. Elle a pris le temps de réfléchir sur la conduite à tenir. Enfin, elle a accepté d’occuper le poste a lui proposé,  car elle savait qu’elle avait un rôle clé à jouer concernant les questions de la race, de l’unité, de la diaspora africaine, du commerce, et de l’économie.

Au début, c’était la Conférence de Berlin de 1884 – 1885, au cours de laquelle les Européens ont décidé de diviser l’Afrique à leur guise, en petites parties. “Berlin a eu un impact sur l’Afrique que nous avons aujourd’hui”, a-t-elle déclaré. «La stratégie qu’ils ont mise en place il y a 100 ans est toujours d’actualité.» Et d’ ajouter: «Ils nous ont divisés».

En termes de politique, “ils ont mis en place des politiques qui font croire aux Africains que tout ce qui est en Afrique est mauvais et tout ce qui est en Europe est bon”, a-t-elle déclaré. »

L’esprit des Africains a été préparé à accepter leur infériorité vis-à-vis des Européens. «Nous n’avons pas à dire à nos enfants qu’ils sont inférieurs, ils le savent, a déclaré le Dr Arikana. Et d’ajouter : “le diable était noir et l’ange était blanc”.

Selon elle, la nouvelle forme de colonisation est aujourd’hui économique. L’argent que nous mettons dans les banques européennes est le même argent que nous leur empruntons, a-t-elle déclaré. “L’Afrique a besoin de son indépendance économique.” Elle a ensuite appelé à l’unité. «La diaspora africaine doit s’unir», a-t-elle déclaré. “

“Dr. Arikana a 100% raison », a déclaré Paul Sankara pour qui la France continue de contrôler l’ Afrique. Il a donné l’exemple de la Libye avec la mort de Mouammar Kadhafi, la Côte d’Ivoire avec la détention à La Haye du président Laurent Gbagbo, et l’assassinat du président Thomas Sankara du Burkina Faso.  «Nous devons contrôler et posséder nos richesses», a-t-il déclaré.

On sait également que le lavage de cerveau a de graves conséquences sur la vie de ceux qui en sont victimes. Le professeur Jeffries, parlant de panafricanisme, a déclaré que «notre conscience a été détruite». «Quiconque contrôle votre esprit, contrôle votre histoire», a-t-il déclaré.

Nous pensons peut-être que le développement est basé sur les ressources naturelles. Le professeur Jeffries transcende cette conception en affirmant que «notre esprit, notre corps et notre esprit» peuvent en faire partie. «Les pays africains ont été dominés par les Européens au nom de leur Dieu», a-t-il déclaré.

 Beaucoup pensent que l’économie est l’une des raisons pour lesquelles les Européens restent obstinés à rester en Afrique. “Leur économie est en déclin, ils veulent recoloniser l’Afrique, » a déclaré Raymond Dugue.

Pour sa part, le docteur Arikana, qui est aussi activiste, conférencier, éducateur, diplomate, fondateur de cliniques médicales et entrepreneur, a déclaré: «Nous devons prendre notre indépendance économique».

Elle encourage depuis un certain temps la diaspora africaine à rentrer chez elle. En janvier 2019, elle déclarait: «Nous sommes des personnes belles, intelligentes, sophistiquées, extrêmement adaptables et totalement indestructibles – les Africains.» et d’ajouter :  «Toute autre race qui aurait traversé ce que nous avons subi aurait été éteinte et c’est la vérité.”

Une pétition en ligne a été lancée pour sa réintégration et chaque Africaine devrait la signer.

Bazona Barnabé Bado

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *