Quatre habitudes pour créer le bonheur familial

Nous avons tous besoin du bonheur dans notre vie conjugale. Bérenger Ouédraogo nous propose quatre habitudes à adopter pour vivre pleinement ce bonheur. Mais surtout il nous invite à faire des exercices pratiques Bonne lecture.

Nous parlons souvent des familles qui connaissent des problèmes. Aujourd’hui, je choisis de parler des familles qui vivent dans la joie et le bonheur. Celles-ci sont épanouies et donnent envie de fonder une famille. Elles ont appris à vivre ensemble et éduquer leurs enfants; elles ont construit sur des habitudes éprouvées. C’est une école indispensable où les jeunes peuvent acquérir les aptitudes dont ils auront besoin une fois adultes.

Dans une série de trois articles, nous allons examiner douze habitudes que les familles brillantes nous enseignent. Dans ce présent numéro, nous en développerons quatre.

1 L’engagement: c’est l’action de se lier par une promesse ou une convention ; c’est aussi le contrat par lequel un individu s’implique à rester et à vivre avec l’autre. Il s’agit alors de s’engager à honorer son mariage et à respecter avec audace la parole donnée à son conjoint. Cela procure de la confiance et de la sécurité à l’autre. L’engagement est moral, affectif, spirituel, physique et peut se traduire à travers des petits mots doux, des coups de fils à son époux (se), l’exposition de sa photo à son lieu de travail etc.  Nous pouvons de temps en temps relire ensemble le texte de notre engagement et en méditer les mots.

2  L’esprit d’équipe: après le mariage, Monsieur et Madame sont devenus « un ». Ils sont désormais comme un avion ayant un pilote et un copilote, tous regardant la même destination selon le même plan. C’est pourquoi l’on doit passer du « Je » à « Nous ». Mon conjoint n’est pas un adversaire contre qui je dois gagner, mais un partenaire avec qui nous devons gagner ensemble. On développe des intérêts communs tout en satisfaisant les attentes des uns et des autres.

3  Le respect: du latin, respicere signifie « regarder en arrière » ; il est  l’aptitude à considérer ce qui a été énoncé et admis dans le passé, c’est-à-dire mon contrat, ma promesse et les règles du jeu pour le mariage. Appliquer à un être humain, le mot latin « respectus », dérivé de respicere veut dire  « porter une profonde estime à quelqu’un, le traiter avec égards en raison de son importance ». Il se manifeste par le souci de ne pas porter atteinte à la personne, ni la heurter inutilement. Il suppose une compréhension et un partage des valeurs de la personne.

4 Le pardon: ce n’est pas oublier le passé, mais oser le risque d’un avenir autre que celui imposé par le passé et la mémoire. Pardonner signifie passer sur une offense et se défaire de tout ressentiment qu’elle a pu causer. Le pardon est focalisé sur l’avenir pour trouver comment guérir les blessures et restaurer la relation ; la vengeance est tournée vers le passé et nourrit la douleur.  Pour pardonner, il faut se décider à le faire, reconnaître sa blessure et trouver des ressources spirituelles et humaines pour soutenir son effort de pardon (collaborer avec Dieu, accepter l’aide des autres etc.).

Exercice.  – Recenser 5 familles qui sont de bons exemples que je pourrai étudier.

-Relire chaque habitude et trouver 3 actions concrètes à pratiquer toute la semaine.

 

Wendlassida A. Bérenger Ouédraogo

Certified Relationship Coach. Family Life and Chastity Educator.  Author.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *