Trois attitudes qui détruisent l’harmonie conjugale

Avoir des bonnes attitudes à l’égard du conjoint ou de la conjointe est une condition sine qua non. Les connaître est une bonne chose. Les appliquer rend la vie du couple plus harmonieuse. Suivez le regard de Bérenger Ouédraogo.

Le couple est appelé à vivre dans l’harmonie, c’est-à-dire dans l’entente, la joie, l’unité et le bonheur. L’harmonie prouve que les deux conjoints se sont accordés pour faire route ensemble toute leur vie durant. Toutefois, Il existe des comportements qui, s’ils se répètent quotidiennement, empoisonnent la vie commune. Nous nous inspirons de Jacques et Claire Poujol, Conseillers Conjugaux et Familiaux dans leur livre « Vivre à deux – bien communiquer, gérer les conflits ».

        Culpabiliser 

Cette attitude consiste à rendre l’autre responsable de mon malaise et de ma souffrance. Ce que je suis aujourd’hui relève de l’action de l’autre conjoint. Le but est de l’amener à se sentir fautif.

« Tu as voulu que j’arrête de travailler pour élever notre fille, et maintenant tu me reproches d’être à ta charge… »

« J’ai passé ces nombreuses années avec toi ; vois comment je suis devenu(e) »

« Si tu ne m’avais pas incité à gagner davantage d’argent, je n’aurais pas fait d’infarctus. »

Culpabiliser conduit l’autre à regretter ses actions et paroles passées, à ne plus oser prendre des initiatives, à se replier sur soi etc. Il cherchera à se défend ou à se protéger.

              Commander

Il s’agit de dicter à l’autre la conduite qu’il doit tenir. Le conjoint qui adopte cette attitude se présente comme le tout-puissant, le grand connaisseur etc. Alors, il ordonne et dirige tout même les sentiments que son partenaire devrait avoir.   

« Cesse de ressasser cette histoire »

« Tu devrais téléphoner à ta mère un peu plus souvent. »

« Tu devrais faire la cuisine de telle manière »

 Commander amène l’autre à penser que vous n’avez aucune confiance en ses capacités et qu’il est un bon à rien. Le résultat est qu’il a envie de se rebeller et de se défendre.

       Nier l’autre dans ce qu’il dit ressentir.

« J’ai une migraine affreuse ! »

– C’est étrange, car tu as l’air en pleine forme ! »

Parfois une requête de l’un est remplacée par une requête identique de l’autre :

 « Moussa, la tête me tourne, comme si j’allais m’évanouir d’un moment à l’autre…

–   C’est tout à fait comme moi, Sophie… Je me demande si un petit remontant ne me ferait pas du bien »

Dans tous les cas, le ressenti de l’autre est négligé ou ignoré. Le résultat est qu’il en est frustré et cela se déteint sur la vie du couple.

 Wendlassida A. Bérenger Ouédraogo   Certified Relationship Coach. Family Life and Chastity Educator.  Author.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *